François Xavier Tourte et l'archet de violon moderne (L'archet de violon, partie III)

L'archet de violon moderne et la nouvelle archèterie classique d'après le grand François Xavier Tourte

Contrairement à l'époque classique et baroque de l'archèterie, caractérisée par des changements fluides, la modernité connaît son fondateur et classique, François Xavier Tourte (1747/48-1835), qui est incontestablement le "Stradivarius de l'archèterie". Fils d'un archetier, il a vraisemblablement suivi une formation d'horloger avant de rejoindre l'atelier d'archetterie aujourd'hui dirigé par son frère aîné Léonard Tourte et d'apprendre le métier de son père.

Table des matières

La maquette de l'archet par François Xavier Tourte

François Xavier Tourte a intégré les acquis de l'archèterie classique dans son modèle d'archet et les a perfectionnés, toujours orientés vers les exigences croissantes des grands solistes. L'une des premières prescriptions de François Xavier Tourte, jamais rappelée, était l'utilisation de bois de pernambouc de haute qualité, qui lui a permis de créer sa forme de bâton physiquement très compliquée et qui est encore aujourd'hui inégalée en tant que matériau naturel. L'effilement logarithmique des arcs de la Tourte adulte représente une réalisation extraordinaire et historique par sa complexité mathématique et les exigences métrologiques associées. Seul le grand Jean-Baptiste Vuillaume (1798-1875) a pu comprendre et décrire leurs lois avec la distance d'une génération.

Caractéristiques du jeu de l'archet de violon moderne après la Tourte

L'immense succès que François Xavier Tourte a connu de son vivant n'est pas dû à la finesse mathématique mais aux caractéristiques de jeu idéales de ses archets. Parfaitement équilibré, avec une vitesse de réponse et de réaction rapide due à une forte courbure intérieure, l'archet Tourte a ouvert le plus large spectre historique de techniques de jeu, du jeu plein cantabile aux nouvelles techniques de saut telles que le Saltando, le Ricochet et le Sautillé. Jusqu'à la forme de la tête et à l'attache des cordes à nouveau élargies et renforcées, Tourte conçoit son modèle d'archet parfait, qui - comme le violon crémonéen - n'a été que très peu modifié dans sa succession. Parmi les plus grands héritiers de François Xavier Tourte, on trouve la "Tourte allemande" Ludwig Christian August Bausch (1805-1871), François Nicolas Voirin (1833-1885) et enfin le grand Eugène Sartory (1871-1946).

L'archet en carbone

Le dernier stade de développement de la fabrication moderne d'archets est celui des archets en matériaux composites tels que la fibre de verre et la fibre de carbone ou le carbone, qui sont produits depuis les années 1960 et 1990 respectivement et qui sont maintenant produits à un très bon niveau. Leur invention est notamment une réponse au manque de pernambouc de haute qualité, car la population du pernambouc Caesalpina echinata a fortement diminué en raison de l'expansion des terres agricoles et de la forte activité de construction sur ses principaux sites brésiliens.