La dynastie des archetiers Ouchard

Les archetiers de la famille Ouchard ont cultivé la tradition française de leur métier - et de fortes tensions familiales

La relation entre le professeur et l'élève est essentielle pour un métier exigeant, et la question de savoir qui a accompagné le talent d'un violoniste ou d'un archetier dans ses débuts est plus qu'un détail marginal de l'histoire de la musique. La transmission du savoir, de l'intuition et de l'expérience représente un processus de la plus grande intimité possible, touchant l'art du maître et de l'apprenti en son cœur même - et doit donc être soutenue par une bonne relation humaine, penserait-on. Un contre-exemple est l'histoire familiale et professionnelle de la grande dynastie française d'archetiers Ouchard: la musique doit des réalisations extraordinaires à cette famille, qui s'étend sur trois générations et est également associée à d'autres grands noms comme les Charpentiers, les Collins ou les Lottes - et ce malgré des tensions personnelles parfois intenses. En outre, vers le milieu du XXe siècle, elle a même pu étendre sa sphère d'influence aux États-Unis, bien que cela se soit produit plutôt par hasard.

Table des matières

 

atelier ouchard

Photo: Musée de la Lutherie et de l'Archèterie Françaises - Mirecourt

Des collègues de travail, apparentés par le sang - et pourtant comme chien et chat: "Ouchard Père" et "Ouchard Fils" Ouchard

Dans une longue lignée de tourneurs sur bois, de marchands d'instruments et de luthiers, Émile François Ouchard est né le 30 avril 1872, fils d'Adèle Margeruite Ouchard. C'est donc le nom de sa mère, restée célibataire, que "Ouchard Père", comme on l'appellera plus tard, transmet à ses descendants. À l'âge de 14 ans, Émile François Ouchard commence un apprentissage avec Eugène Cuniot dans son atelier "Cuniot-Hury", qu'il poursuit après la mort du maître avec sa veuve - d'où le nom ci-joint "Hury". Avec Joséphine Collin, qu'il épouse en 1896, il a neuf filles et un fils, Émile Auguste Ouchard; ce dernier décide de suivre les traces de son père et, à partir de 1913, il est formé par Émile François Ouchard.

Les deux hommes ont travaillé ensemble pendant près de 25 ans, à partir de 1923 dans leur propre atelier, où Émile François Ouchard a employé temporairement jusqu'à 15 personnes. Cependant, il ne semble pas que la relation entre le père et le fils ait été particulièrement harmonieuse: Si l'on en croit les anecdotes, dans Émile François Ouchard et Émile Auguste Ouchard, deux personnages assez impulsifs et têtus se sont affrontés. La question de la rémunération en particulier, où Émile François, à son grand dam, ne favorisait pas son fils par rapport aux autres employés, a apparemment fait l'objet de litiges répétés. En 1937, "Ouchard Fils" a repris l'entreprise - mais le père y est resté actif. Finalement, à l'âge de 30 ans, Émile Auguste Ouchard décide de s'installer à Paris, la capitale française, et d'y ouvrir un atelier. De 1940 jusqu'à sa mort le 27 février 1951, Ouchard Père dirige à nouveau seul son entreprise; il ne quitte jamais sa ville natale de Mirecourt. Ses archets, estampillés depuis 1923 "Émile OUCHARD", mais aussi en partie "CUNIOT-HURY", sont de grande qualité; plusieurs archetiers célèbres ont été formés par lui, parmi lesquels Paul Audinot, Louis Brugerè, François Lotte, Marcel Mangenot et quelques autres. Exigeant et sévère, Émile François Ouchard a également jeté les bases de la renommée et de l'estime dont jouissent encore aujourd'hui ses descendants.

Émile Auguste Ouchard: Une haute distinction et de nouveaux rivages

Émile Auguste Ouchard, à son tour, s'est rapidement installé à Paris. Son travail s'était déjà distingué à Mirecourt par une indépendance croissante par rapport aux directives de conception de son père; en outre, à la suggestion de Max Millant, Émile Auguste Ouchard avait conçu un chemin de grenouille spécial en métal, qui était une modification du chemin dit "de colline" et assurait la grande fiabilité et la longévité des grenouilles ainsi construites en minimisant la distance entre la grenouille et le poteau. À Paris, Émile Auguste Ouchard développe encore ses compétences, affine son style et dessine ses arcs avec toujours plus de précision. Il se fait rapidement un nom et reçoit le "Grand Prix" de l'exposition de l'artisanat parisien en 1942.

Des raisons familiales inconnues poussent "Ouchard Fils" à faire le pas vers le Nouveau Monde en 1946. Comme pour tant d'émigrants européens, sa première destination est New York, où Émile Auguste Ouchard travaille comme archetier indépendant dans l'atelier de Lazare Rudié. En 1948, il signe un contrat d'exclusivité avec "William Lewis & Son" à Chicago pour la production exclusive d'archets; en fait, Émile Auguste Ouchard produit également des archets à la même époque pour son propre compte et vend ces œuvres lors de ses voyages annuels à Paris. Après 13 ans, pendant lesquels il a également vécu dans l'Illinois, "Ouchard Fils" est finalement revenu dans son pays d'origine et s'est installé d'abord à Gan, puis à Cognat-Lyonne (Allier) près de Vichy, où il a également ouvert un atelier. Une réalisation importante de cette période est un modèle d'archet qu'il a créé, identique pour le violon, l'alto, le violoncelle et la contrebasse, et qui ne peut être attribué que par ses dimensions. Une attaque cérébrale subie par Émile Auguste Ouchard peu après son retour a, dans une certaine mesure, altéré son savoir-faire et sa productivité jusqu'alors exceptionnels, mais il a continué à exercer sa profession jusqu'à sa mort à Gan le 14 février 1969. Ses œuvres, estampillées "E.A. OUCHARD Fils", "E.A. OUCHARD PARIS", "Émile A. OUCHARD - NEW YORK" ou enfin simplement "Émile A. OUCHARD" sont toujours populaires auprès des musiciens et des collectionneurs avertis aujourd'hui.

Jean-Claude Ouchard

Le premier mariage d'Émile Auguste avec Andrée Marie Charlotte Petot a donné naissance à quatre enfants, dont les fils Bernard Ouchard et Jean-Claude Ouchard, qui ont perpétué la tradition familiale. Jean-Claude Ouchard, le plus jeune des deux, né le 6 mai 1935, a été éduqué à partir de 1949 par nul autre que Louis Bazin, puis par son oncle François Lotte. Il a également travaillé à l'étranger pendant quelques années - d'abord à New York et, après un bref intermezzo à Mirecourt, à Amsterdam, où il s'est spécialisé dans la restauration d'arcs - mais à partir de 1968, il a lui aussi vécu à nouveau en France, où il a travaillé en partie comme enseignant, en partie de manière indépendante et enfin en tant qu'employé permanent de la société "Cablé" jusqu'à sa retraite.

Bernard Ouchard

Cependant, son frère aîné Bernard Ouchard (15 février 1925 - 2 juin 1979) semble en tirer le meilleur parti; parmi les musiciens, il est considéré comme l'un des plus grands archetiers de France. Comme "Ouchard Fils", Bernard Ouchard a également commencé un apprentissage avec son propre père à l'âge de 13 ans. En 1941, il le suit à Paris, où il travaille avec lui jusqu'à ce qu'il rejoigne l'armée française à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, après la fin de la guerre, Bernard Ouchard a suivi sa propre voie: au lieu d'accompagner son père, dont le caractère plutôt introverti de Bernard était évidemment très différent, en Amérique, Bernard Ouchard est resté à Paris pendant quelques années encore - cette relation père-fils ne semble donc pas avoir été marquée par une harmonie particulière non plus. Il a ensuite travaillé pour Alfred Vidoudez à Genève pendant plus de 20 ans jusqu'à ce que Bernard Ouchard soit nommé professeur d'archèterie à Mirecourt en 1971. Il y a contribué à la formation d'une nouvelle génération de jeunes archetiers talentueux qui vont faire revivre l'archetterie française traditionnelle. Ce retour aux anciennes écoles - Tourte ou Peccatte - et la transmission fidèle de leurs maximes est l'une des réalisations durables de Bernard Ouchard. Des grands comme Benoît Rolland ou Stéphane Thomachot sont sortis de son école. La majorité de ses œuvres portent le cachet de la société Vidoudez, seules quelques unes sont marquées "OUCHARD". Bernard Ouchard est mort à Vittel en 1979.

Instruments