Le petit-fils de Bazin : le maniement de l'arc en période de turbulence

Deuxième partie de l'histoire de la dynastie des archetiers Bazin à Mirecourt: Le XXe siècle. Louis Bazin, Alfred Bazin et René Bazin

Table des matières

Charles Louis Bazin (Louis Bazin)

Charles Nicolas Bazin (Nicolas Bazin) meurt le 6.12.1915, après avoir transmis son entreprise à son fils Charles Louis Bazin (Louis Bazin) en 1907. Plus jeune descendant de la famille, né le 21.9.1881, Louis Bazin donne à l'atelier un nouveau et prestigieux domicile rue Estivant à Mirecourt. Après que la Première Guerre mondiale n'ait que temporairement interrompu l'activité encore florissante, Louis Bazin apporte de nouvelles modifications au modèle d'arc de son père et développe le commerce des accessoires, soutenu à partir de 1922 par son fils Alfred Bazin, né le 22.11.1907. De nouveau, un père et un fils, Bazin, ont dirigé ensemble l'entreprise familiale jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, qui a de nouveau interrompu les activités. En 1945, Alfred Bazin ouvre son propre atelier dans la rue du Neuf Moulin, mais en 1952, il reprend l'entreprise de son père, dont la taille a été fortement réduite entre-temps.

Alfred Bazin

Après seulement un an de retraite, Louis Bazin meurt le 11.11.1953 ; Alfred Bazin réduit alors encore l'entreprise, ne travaillant plus pour les luthiers, mais seulement pour une clientèle limitée et exclusive. Grâce au poids de la notoriété de Bazin et à une grande persévérance personnelle, il a réussi à faire inscrire le mot "archétier" dans le dictionnaire français comme titre officiel de son travail et à faire nommer une rue de Mirecourt en l'honneur de son grand-père Nicolas Bazin. Le grand ancêtre aurait certainement été fier du dévouement de son petit-fils, après tout, il avait lui-même servi comme conseiller municipal pour les intérêts de sa guilde et de sa ville natale et - probablement le succès le plus important - il a obtenu la reconnaissance des archetiers comme artisans, ce qui a été associé à une réduction significative de la conscription.

René Bazin

D'une manière tout à fait différente, le cours du temps a façonné la vie de René Bazin, le frère d'Alfred (16.8.1906-30.12.1982), qui, après des années de travail indépendant à Mirecourt et à Lille, est arrivé en 1942 comme prisonnier de guerre dans l'atelier de Fridolin Hamma à Stuttgart - et y a continué à travailler comme employé jusqu'en 1948 après la fin de la guerre. Après un bref intermezzo à Suresnes, près de Paris, il s'installe à Munich en 1952, où il vit en tant que citoyen allemand jusqu'à sa mort - une biographie européenne d'un genre rarement vu à cette époque.

Moins de cinq ans après René Bazin, Alfred Bazin, le dernier membre de la grande dynastie des archetiers Bazin, est décédé le 24.3.1987.