Les entreprises de la famille Laberte

L'histoire de Laberte-Humbert freres et de Laberte Magnie - Deuxième partie de notre série sur la facture industrielle des instruments à cordes en France

Mais l'histoire de la réussite de J.T.L. comprend aussi les concurrents qui ont émergé dans l'univers des instruments de Mirecourt et qui, bien que dans le sillage des sites de production et de commerce dominants de Thibouville-Lamy, ont trouvé une taille respectable. Leurs noms sont encore connus et appréciés un demi-siècle après le déclin de la facture industrielle des instruments de musique en France. Tout comme la production d'instruments à cordes de J.T.L., l'entreprise familiale Laberte est profondément ancrée dans la tradition de fabrication de violons de la région et remonte aux ateliers du XVIIIe siècle.

Table des matières

Laberte Humbert frères

Mais ce n'est qu'en 1876 que les frères Maurice-Emile et Pierre Alexis Auguste Laberte fondent leur entreprise "Laberte Humbert frères" - deux jeunes luthiers nés à l'époque de la fondation de J.T.L. Cette distance d'environ une génération montre que la création de J.T.L. a été une véritable œuvre de pionnier, dont les imitateurs sont entrés en scène avec une distance respectueuse. En outre, les frères Laberte ont choisi un secteur d'activité plus restreint et se sont limités à la fabrication d'instruments à cordes frottées et pincées, qu'ils ont proposés dans leurs catalogues tout aussi impressionnants avec de nombreux accessoires. Ce n'est que lors de la crise économique des années 1930 que la gamme de produits a été élargie - non pas, cependant, pour inclure des instruments de musique d'autres genres, ce qui aurait été la mesure la plus évidente, mais des gramophones et des récepteurs radio, qui ont été commercialisés sous la nouvelle marque "Stradivox". Il s'agissait d'une stratégie intelligente et non conventionnelle qui, à son tour, a cependant démontré d'autant plus la domination de J.T.L. en tant que fournisseur "complet" d'une large gamme d'instruments de musique, contre laquelle la croissance semblait difficilement envisageable.

laberte

Atelier Laberte Humbert frères, Photo: Musée de la Lutherie et de l'Archèterie Françaises - Mirecourt

Laberte et Magnié

Mais malgré ces limites, le développement de Laberte Humbert frères dans le premier quart du XXe siècle se caractérise par une saine expansion. Une série de fusions a apporté des capacités de production supplémentaires et, surtout, des connaissances et une expérience en matière de lutherie à l'entreprise qui, sous la direction de Marc Laberte, a apporté une valeur ajoutée à sa gamme de produits. Le fils du co-fondateur Pierre Alexis Auguste Laberte a établi, en plus de la fabrication, sa propre ligne d'instruments de haute qualité fabriqués par des maîtres sélectionnés - un "Atelier des Artistes", qui a réuni des luthiers primés tels que Joseph Aubry, Charles Brugere, Camille Poirson et Georges Apparut et s'est développé en une marque reconnue. Après la fusion avec le luthier Fourier Magnié en 1919, l'entreprise, qui opère sous le nom de "Laberte et Magnié" avec le label "L.F.M." - certainement choisi en référence délibérée à son principal concurrent - emploie quelque 400 ouvriers dans ses ateliers. En 1927, la célèbre marque "A La Ville de Cremonne" a été rachetée à Paul Mangenot comme dernière acquisition importante et dernier jalon avant la fin de l'industrie des instruments de musique classiques de Mirecourt.

Instruments