Couesnon: la troisième force déterminante de la lutherie moderne à Mirecourt

L'histoire de la société Couesnon - Partie 4 de notre série sur la lutherie industrielle en France

La grande période de production industrielle d'instruments de musique à Mirecourt, qui a débuté dans le dernier quart du XIXe siècle et s'est prolongée jusqu'aux années 1930, a offert un espace non seulement à J.T.L. et à Laberte Magnié, mais aussi à une autre entreprise suprarégionale qui peut se targuer d'être importante tant par le nombre que par la qualité de ses produits. En 1885, la manufacture parisienne d'instruments à vent Gautrot Ainé & Cie, fondée quarante ans plus tôt, se lance dans la production d'instruments à cordes et suit - avec un retard certain - l'exemple de Thibouville.

Comme chez J.T.L. auparavant, un ancien employé et élève de Jean-Baptiste Vuillaume, Maurice Mermillot, devenu responsable de la Manufacture des instruments à cordes, participe également à cette expansion. Le développement de la production, toujours localisée à Paris et à Mirecourt, s'est fait essentiellement en parallèle avec celui de ses principaux concurrents, une constellation qui a permis de nombreux et intéressants changements de personnel: sous la direction d'Amédée Couesnon, qui dirigeait Gautrot depuis 1887 et qui allait donner son nouveau nom à la société, Georges Cherpitel a été débauché de Thibouville-Lamy en 1901. Comme Laberte, le Couesnon a reconnu la demande croissante d'instruments à cordes de haute qualité et a obtenu en 1913 les compétences professionnelles nécessaires en fusionnant avec l'atelier renommé de Léon Bernardel. Enfin, le transfert d'un autre employé de haut rang au Couesnon, Eugène Vincent Génod, qui avait travaillé pour Laberte jusqu'en 1927, montre à quel point l'environnement était devenu compétitif.

Catalogue en ligne avec des échantillons sonores :