Les luthiers contemporains de Mirecourt

Dans la ville historique de Mirecourt, où l'on fabrique des violons, la tradition se perpétue: Un portrait de six maîtres contemporains sélectionnés, qui cultivent l'héritage de leur guilde

Comme ses homologues allemands et italiens, Mirecourt, centre historique de la lutherie française, se souvient d'une histoire mouvementée: à partir des règles strictes de la guilde du XVIIIe siècle, les luthiers se sont établis dans la succession de Didier Nicolas, qui a conquis le marché mondial entre 1850 et 1960. Depuis, les choses se sont calmées dans la petite ville tranquille des Vosges, qui compte à peine 6 000 habitants, mais qui n'a pas oublié ses meilleures traditions: Outre la collection du Musée de la lutherie et de l'Archèterie Françaises, l'École Nationale de Lutherie, en tant que centre de formation et d'excellents maîtres et luthiers, cultive un art ancien à l'apogée de notre époque. De bonnes nouvelles de Mirecourt, en cinq portraits de luthiers contemporains sélectionnés.

Table des matières

Jean-Philippe Cognier

Un petit panneau de plexiglas discret, situé à côté de l'entrée, place l'atelier des luthiers Jean-Philippe Cognier et Roland Terrier dans un contexte historique majeur: nul autre que Nicolas Augustin Chappuy vivait et travaillait dans leur maison, à l'époque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Jean-Philippe Cognier est né à Auxerre en 1955 et a fréquenté l'école de lutherie de Mirecourt, fondée seulement deux ans plus tôt en 1972, où il a obtenu son diplôme en 1975. Le poste de Maître d'Atelier était alors occupé par René Morizot. Jean-Philippe Cognier a ensuite travaillé pendant un an à la Société Française de Lutherie (Sofraluth) à Mirecourt. Après un bref stage chez Jean Bauer à Angers, il devient le premier assistant de René Quenoil à Paris en 1976; il a pu y approfondir ses connaissances en matière de restauration jusqu'en 1980. La même année, il ouvre avec Roland Terrier, qui a également été l'assistant de René Quenoil, leur atelier commun à Mirecourt - initialement rue Germini, ils s'installent dans ce lieu historique de la rue Chanzy en 1987. En 1990, Cognier devient lui-même maître d'atelier à l'école de lutherie de Mirecourt, et de juin 2004 à juin 2006, il est président du Groupement des Luthiers et Archetiers d'Art de France (GLAAF).

Roland Terrier

Le luthier de Mirecourt Roland Terrier est né en 1956 à Bourg-en-Bresse. Comme son futur partenaire Jean-Philippe Cognier, Roland Terrier a complété sa formation à l'école de lutherie de Mirecourt sous la direction de René Morizot de 1972 à 1975. Après l'obtention de son diplôme, il a soutenu son professeur pendant deux ans en tant que professeur assistant, période pendant laquelle il a participé intensivement à la construction de nouveaux instruments. De 1977 à 1980, il s'est formé auprès de René Quenoil à Paris dans le domaine de la réparation et de la restauration, période pendant laquelle il a fait connaissance avec un grand nombre d'instruments anciens qui sont passés par l'atelier renommé. En 1980, Roland Terrier revient à Mirecourt pour y créer un atelier commun avec son ancien camarade et collègue Jean-Philippe Cognier - où il a depuis formé un grand nombre d'apprentis. En tant que membre du conseil municipal, où il a participé à la création du musée de la lutherie, et en tant que trésorier de l'association GLAAF, Roland Terrier s'implique activement dans les intérêts de sa maison d'adoption et de son art - et est considéré comme l'un des meilleurs connaisseurs de l'histoire de la lutherie de Mirecourt, qu'il étudie avec passion.

Jean-Jacques Pagès

Bien que né à Paris en 1948, le luthier Jean-Jacques Pagès n'a pas terminé sa formation de luthier dans son pays d'origine, mais à l'école de lutherie de Mittenwald à partir de 1966. Il retourne ensuite dans sa ville natale pour travailler pendant un an dans le célèbre atelier d'Étienne Vatelot, qui le recommande ensuite à son propre professeur Jean Eulry à Mirecourt. Après deux ans et demi passés là-bas, Jean-Jacques Pagès revient à Vatelot et travaille dans son atelier, d'abord comme employé, puis comme chef d'atelier. Pendant sept ans, il a pu y approfondir ses compétences et y développer son propre style, avant de créer sa propre entreprise à Mirecourt en 1977 - et d'apporter sa contribution à la transmission de la tradition de la lutherie française sur son lieu de naissance. Jean-Jacques Pagès peut se prévaloir de nombreuses récompenses, comme par exemple le concours de lutherie de Mittenwald, ainsi que d'un grand nombre d'apprentis qui lui ont été confiés au fil des ans. De 1998 à 2001, Jean-Jacques Pagès a été président de l'association des luthiers GLAAF, et en 2003, il a fondé l'école privée "École internationale de lutherie d'art Jean-Jacques Pagès". Encore loin de l'idée de la retraite, Jean-Jacques Pagès est actuellement engagé dans la construction de gambas et d'autres modèles d'instruments historiques.

Dominique Nicosie

Le luthier de Mirecourt, Dominique Nicosia, a également bénéficié d'une partie de sa formation avec Étienne Vatelot après avoir étudié avec René Morizot à l'École de lutherie de Mirecourt. Dominique Nicosia a acquis une expérience exceptionnelle pendant ses 16 mois de service militaire après son apprentissage de quatre ans chez Vatelot: En tant que bénévole dans l'atelier de fabrication et de restauration d'instruments neufs de l'Académie polynésienne de musique de Tahiti, Dominique Nicosia a pu rester fidèle à sa cause même en cette période d'inutilité. De retour en France métropolitaine, Dominique Nicosia décide de revenir là où sa carrière a commencé; depuis, il est employé comme maître d'atelier à l'école de lutherie de Mirecourt. Cette activité d'enseignement, explique-t-il, a eu une influence très stimulante sur son travail de maître luthier, qu'il exerce également dans son atelier de la rue du Fond de Janiveau. Outre les instruments à cordes de haute qualité, Dominique Nicosia fait ici des excursions inspirantes dans le domaine du travail des métaux, produisant des outils de fabrication d'instruments de bon goût pour lui-même et ses collègues. Lors du "Concours Etienne Vatelot" en 2004, il a reçu le prix spécial "Personnalité et maturité" pour un alto, décerné par l'association GLAAF.

Gilles Duhaut

Le nom du luthier Gilles Duhaut est représentatif de la grande tradition d'archèterie de Mirecourt dans notre sélection. Né à Cirey-sur-Vezouze en 1957, le maître a commencé sa carrière comme étudiant à l'école de lutherie de Mirecourt, où il a appris les concepts de base de son métier sous la direction du célèbre Bernard Ouchard de 1972 à 1976. Gilles Duhaut a ensuite passé six mois en tant qu'apprenti chez Jacques Camurat à Paris, élève de Jean Bauer, Marcel Vatelot et Amédée Dieudonné, qui est devenu une figure influente de la lutherie française à la fin des années 1970 et au début des années 1980. De retour à Mirecourt, Gilles Duhaut est accepté comme employé dans l'atelier d'Ouchard, qu'il quitte à nouveau en 1978 pour passer trois ans à soutenir le vieux Paul Didier à Metz. L'année suivante, Gilles Duhaut s'installe à Mirecourt, où il restera jusqu'à son déménagement à Tours en 2012. Gilles Duhaut compte parmi ses clients des membres d'orchestres renommés ainsi que des solistes du monde entier, dont Misha Maisky, Yuri Bashmet et Franz Helmerson - mais aussi des musiciens de jazz comme le célèbre Didier Lockwood, avec lequel Duhaut a développé conjointement un modèle d'archet spécial pour les musiciens de jazz: Il se caractérise par une répartition spéciale du poids adaptée aux exigences des violons électriques actuels et par un design moderne.

Alain Carbonare

Un violoncelle richement décoré de diamants, de feuilles d'or et d'incrustations élaborées: le luthier de Mirecourt Alain Carbonare a honoré nul autre que Mstislav Rostropovitch avec cette magnifique œuvre, construite pour le 70e anniversaire du célèbre violoncelliste. Alain Carbonare travaille à Mirecourt depuis 1987 et dirige son atelier dans une adresse traditionnelle, l'ancienne maison de Jean-Baptiste Vuillaume. Sa passion pour la lutherie était déjà éveillée dans sa jeunesse lorsqu'il a fait l'expérience de Yehudi Menuhin en concert. Profondément impressionné, il s'est juré de fabriquer un jour un violon pour ce grand musicien - un projet que le jeune luthier Alain Carbonare a mis en pratique quelques années plus tard et qui a été reconnu par le maestro avec son violon. D'autres artistes de renommée mondiale comme Vladimir Spivakov et Grigory Zhislin ont également joué sur les instruments d'Alain Carbonare, qui sont mis à la disposition des jeunes talents russes par le biais de la Fondation Spivakov. Compte tenu de son vif intérêt pour la musique et de ses nombreux talents, il n'est pas surprenant qu'Alain Carbonare appartienne à la classe des luthiers qui célèbrent le succès au-delà des limites de leur art. Pour le projet musical "Wurtemberg" et la production de CD qui en résulte "Rock Fantasia Opus 9" avec des pièces instrumentales composées par Alain Carbonare, sur lesquelles on peut également l'entendre en tant que musicien, il a reçu le "Grand Prix du Disque" du Festival de Montreux en 1981.