Autres familles de luthiers Klingenthal

La tradition de la grande famille Hopf est devenue l'incarnation de la lutherie klingenthalienne, mais dès le début, elle a été portée et cultivée par d'autres importantes dynasties de luthiers. Trois familles sont brièvement présentées sur cette page. Vous trouverez d'autres points de référence dans notre aperçu (certainement pas complet) des luthiers de Klingenthal sous forme de fichier PDF (environ 140 KB).

Table des matières

Dörffel

Parmi les exilés de Bohême qui ont fondé la lutherie de Klingenthal, on trouve la famille Dörffel. Si Caspar Hopf a probablement été le premier maître luthier de sa famille, au moins Johann Georg (I.) et Michael Dörffel pratiquaient déjà leur art à Graslitz (Kraslice). Johann Andreas Dörffel, qui a travaillé dans la première moitié du XVIIIe siècle, est considéré comme l'un des meilleurs luthiers de Klingenthal. Ses maîtres violons sont entrés dans de nombreuses collections.

Glass

Depuis le milieu du XVIIIe siècle, on peut retracer à Klingenthal la famille des luthiers Glass. Leurs instruments ont acquis une très bonne réputation, qui a parfois même atteint les légendaires violons Hopf. De nombreux membres de la famille ont fait carrière en dehors de Klingenthal et sont ainsi devenus - certains d'entre eux à l'échelle internationale - des ambassadeurs de la lutherie du Vogtland. À la fin du XVIIIe siècle, Christian Friedrich Glass a fondé l'atelier de fabrication d'archets à Klingenthal.

Meisel

La grande famille de luthiers Meisel est, à bien des égards, à l'origine de l'ouverture de la lutherie de Klingenthal. Depuis la fin du XVIIIe siècle, des membres importants de la famille ont rompu avec la tradition spécifique du Vogtland Hopf et ont imité les modèles italiens. L'un d'eux est Amand Meisel (1828-1893), qui est devenu un maître de renommée internationale et s'est installé en Silésie vers le milieu du XIXe siècle. Johann Christian Friedrich Meisel (mort en 1803) a fondé l'atelier de corderie de Klingenthal.

Catalogue en ligne